Ajouter une détection de fuite de données
AutoCAD AutoDeskCatastroGoogle Earth / cartes

Mon expérience avec Google Earth pour Cadastre

Je vois souvent les mêmes questions dans les mots-clés par lesquels les utilisateurs arrivent à Geofumadas à partir du moteur de recherche Google.

Puis-je m'inscrire en utilisant Google Earth?
Quelle est la précision des images dans Google Earth?
Pourquoi mon enquête est-elle déplacée par rapport à Google Earth?

Avant d'être pénalisé pour ce que vous lirez dans cet article, permettez-moi de situer l'expérience vécue lors d'une enquête cadastrale dans un projet où la rupture des paradigmes à la recherche de résultats était plus précieuse que l'adhésion aux méthodologies et protocoles. des traditionalistes.

Quand j'ai dimensionné les variables de ce que cela impliquait de réaliser des orthophotographies pour les 25 communes qui nécessitaient l'enquête, j'ai réalisé qu'il y avait des choses qui ne convergeaient pas:

-Le temps de faire des vols était déjà passé, car le pays est tropical et il y a un temps optimal avant lequel les nuages, la fumée et les conditions météorologiques,

-Ce sont des années où l'image satellite achetée par les déchets n'était pas une option avec les précisions qui sont maintenant offertes,

-L'institution publique qui accordait les permis de vol était à moitié démodée, elle voulait un millionnaire d'argent (sur la table, bien sûr), en raison de la dispersion de chaque commune. De plus, l'avion m'a facturé un supplément pour avoir soulevé un potelé qui, selon l'institution, était le seul capable de superviser ces vols.

-L'argent disponible était à peine arrivé à faire une bonne orthophoto, mais peu de soulèvement.

-Quand j'ai eu l'argent, faire l'orthophoto entraînait des temps qui empêchaient d'obtenir des résultats avant les dates d'approbation des valeurs cadastrales pour le changement de cinq ans.

En passant en revue les résultats recherchés par le projet, je me suis rendu compte que la méthodologie disruptive à travers un modèle de cadastre commun était plus importante que la précision. Il était plus important de démontrer le modèle polyvalent que la qualité optimale de l'approche juridique simple. J'ai donc préféré me soumettre au mépris et me précipiter pour des résultats à court terme.

L'article est basé sur cette expérience, plus comme une approche d'application technique et de bon sens que comme une recette magique ; bien que j'ai arbitrairement utilisé des exemples d'une municipalité, où je dois admettre que le "soupe choros» rappelle des souvenirs qui dépassent le simple contexte géomatique.

 Les images de Google Earth ont une bonne précision (relative).

Voyons l'exemple d'image. Au niveau de la couverture continue, on voit que le levé que nous avons fait avec une station totale et géoréférencée avec gps géodésique, correspond très bien à l'image qui existait avant 2013. Bien sûr, pour cela, il fallait télécharger l'image pour la faire chasser avec les points contrôle que nous avions soulevé. Dans ce cas, un déplacement (de l'image, pas du levé) a dû être fait d'environ 11 mètres vers le nord-ouest.

L'image de Google Earth doit être décalée par rapport à notre enquête de précision. Une fois que cela est fait, l'image montre la cohérence.

Les images Google Earth ne sont pas cohérentes en termes de précision absolue.

En continuant avec le même exemple, nous voyons que l'image que Google Earth a mise à jour dans 2013 a un déplacement différent du précédent. Le chevauchement entre les images a un gradient si bien fait qu'on voit peu de discontinuité; dans le cas de la route, voyez que, comme elle est dans la direction de la coupe, elle n'est pas considérée comme transversale, mais à droite du levé, vous pouvez voir comment le cours ne coïncide plus avec le levé; Bien que cela aurait pu changer de cap, qui sait qu'il sait qu'il y a un mur de soutènement du pont qui n'a pas changé depuis des années.

Ainsi, utiliser cette image plus récente implique le même travail qu'avec la précédente; déterminer des points identifiables et les associer à des points de contrôle sur le terrain, puis déplacer l'image d'un vecteur, dont nous sommes clairs est différent de l'autre image. La pratique a conduit à des solutions intéressantes, dans lesquelles l'image Google Earth était une référence face aux erreurs commises avec la station totale, comme la perte de vue du dos, la détection qu'une équipe avait besoin de calibrer, la validation des quadrants cadastraux qui obéissent à un partition basée sur des degrés, minutes et secondes exacts, et ce qu'il ne faut pas dire comme preuve d'une carte en trois dimensions montrant les différences de valeur cadastrale qui ont été payées pour les terrains et les bâtiments. Ces choses, sans une image de référence ou la simple utilisation d'un programme CAO / SIG sont presque impossibles.

La base des images de Google Earth est un ensemble de fragments de prises de vues d'années différentes, avec des sources différentes et avec une incohérence de position absolue entre ces pièces.

La précision de position de Google Earth est précise.

Laissant de côté le problème des images, les caractéristiques du sphéroïde utilisé par Google Earth sont précises par rapport à tout relevé projeté dessus. Dans l'image ci-dessus, lors de l'affichage des coordonnées UTM dans Google Earth, sur un fichier de mon enquête que j'ai téléchargé en tant que kml, la précision des coordonnées n'a aucune discussion sur le Datum WGS84, car il s'agit d'une donnée mathématique.

Au milieu du projet, les gourous de l'institution étatique sont passés avec du matériel de super précision. Nous leur avons dit qu'ils pouvaient utiliser notre enquête comme support, car ils géoréférençaient des propriétés pour un projet de titrage à la demande. Il était difficile d'obtenir une boule de ma gorge quand ils ont dénigré l'un des garçons du cadastre, lui disant que son levage était inutile.

L'utilité de Google Earth pour le cadastre est votre avantage en tant que support

Le fait est que prendre les décisions précédentes, a permis de donner à Google Earth l'utilisation et le mérite qu'il mérite. Comme tous les autres outils utilisés dans le projet, Google Earth en est un de plus.

Google Earth est irremplaçable pour l'utilisation d'images qui ne sont pas disponibles, non seulement pour une année en cours, mais aussi pour autres dates historiques. Je me souviens d'une réunion à laquelle un maire a participé en présentant les résultats : "Google Earth a été uune solution accessible pour avoir des images de toute la municipalité, qui ne nous a jamais offert aucune entreprise ou institution de l'état“. Lorsqu'un gourou du cadastre des années XNUMX lui a demandé que la précision était médiocre, ses paroles sont enregistrées dans mes vidéos : "Ces gars-là l'ont résolu, si vous avez une meilleure proposition, écrivez-la et nous l'examinerons" .

Ce que nous ne devons pas oublier, c'est que les gestionnaires ont besoin d'outils simples pour démontrer les résultats au niveau central. Il y a des gens qui n'iront jamais sur le terrain, et avant eux il faut des démonstrations graphiques pour lesquelles Google Earth était irremplaçable à l'époque. Ouvrir un kml ou un service WMS et leur montrer que les propriétés urbaines et rurales de la commune sont là, avec la maquette numérique du terrain et les bâtiments avec leurs élévations en fonction avant et après l'entrée du projet ... est une expérience inestimable. Ils ne sont pas conscients de l'exactitude, ne savent pas comment nous adaptons la méthode, mais sont heureux de voir les résultats graphiques et d'approuver la rupture des goulots d'étranglement administratifs ou des exigences absurdes de rapports multi-pages.

Le téléchargement des images depuis Google Earth était une affaire de menuiserie. La valeur du projet résidait dans la gestion conjointe; Il n'était pas nécessaire d'acheter une station totale ou un GPS millimétrique par commune. Un par communauté était suffisant, et ils continuent de le faire puisqu'ils ne se relaient que pendant l'année pour faire le suivi de l'enquête ou mettre à jour les ressources qu'ils ont engagées chaque année en réinvestissement des recettes et de l'enquête topographique dans des projets d'autoroutes ou de réseaux. hydrosanitaire.

Résister à la possibilité d'utiliser Google Earth comme référence, c'est simplement lutter contre un mur. Ceux qui sont allés offrir des services cadastraux aux communes dans ce contexte me diront que désormais les mairies ne veulent plus payer pour un travail extrêmement précis, mais pour un service de formation des capacités locales, l'utilisation de ressources à faible coût et des conseils pour que les décisions sont corrects.

Et donc…

Après toutes ces années, je dois admettre qu'il y a eu des erreurs que j'ai faites, et dont j'écrirais un article plus large que celui-ci. J'aurais aimé que le logiciel libre soit plus mature, nous épargnant ainsi une nouvelle pile d'argent; ou que le cartographie de foule et cadastre adapté à l'objectif avait plus de diffusion, car il m'aurait coûté moins cher d'expliquer les pratiques que nous avons mises en place depuis. Mais aux résultats d'aujourd'hui, je fais référence:

  • Le modèle du cadastre basé sur la gestion conjointe des municipalités est là, étant adopté par d'autres entreprises, non pas à cause de son innovation mais à cause des leçons apprises.
  • Au lieu de sonder 25 communes, l'expérience l'a conduit en 89. Rien que pour profiter de l'économie d'échelle de la gestion conjointe, et bien sûr, en utilisant les images de Google Earth comme support.
  • L'innovation dans les ressources humaines locales et les contreparties économiques d'où les autres ne regarderaient pas, a conduit à démontrer que chaque dollar investi par la municipalité, récupéré en moins de deux ans et multiplié par six fois dans les revenus dans une période de 10 années.
  • Les municipalités qui ont réalisé une couverture complète de leurs territoires, sont en train de mettre à jour en utilisant la ressource de revenu qu'elles reçoivent de l'ensemble du territoire, et elles changent les métadonnées de précision et de qualité et de géométrie.

Presque à la fin du projet, j'ai rencontré à nouveau les gourous de l'institution étatique, qui validaient certains problèmes que leurs soulèvements avaient rencontrés, dont ils avaient déjà délivré des titres et sont entrés dans le système national. D'abord, avec un ton autoritaire, ils nous ont dit que nous devions remettre les cartes en relief. Quand nous leur avons donné une adresse à télécharger via WFS, ils nous ont laissés ressemblant à des extraterrestres, puis l'un des gars qui l'ont rabaissée leur a montré en utilisant gvSIG; Il leur a dit qu'ils pouvaient les télécharger à partir de là quand ils le voulaient. Son arrogance a changé son visage, et nous avons échangé notre ironie contre un peu de pitié, à son commentaire suivant:

Excusez-moi, Don Golgi, ce que nous voulons vraiment, c'est que vous nous fournissiez les images que vous avez téléchargées depuis Google Earth.

Alternatives pour télécharger des images depuis Google Earth: Cad-Terre y Plex-Terre. Je recommande les deux.

Golgi Álvarez

Écrivain, chercheur, spécialiste des modèles de gestion des terres. Il a participé à la conceptualisation et à la mise en œuvre de modèles tels que : Système national d'administration de la propriété SINAP au Honduras, Modèle de gestion des municipalités conjointes au Honduras, Modèle intégré de gestion du cadastre - Registre au Nicaragua, Système d'administration du territoire SAT en Colombie . Éditeur du blog de connaissances Geofumadas depuis 2007 et créateur de l'AulaGEO Academy qui comprend plus de 100 cours sur les sujets SIG - CAD - BIM - Digital Twins.

Articles Relatifs

Un commentaire

  1. Méthodologie intéressante pour le cadastre fiscal ou carte géographique. Je ne pense pas que cela s'applique aux cadastres polyvalents ou polyvalents.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les spams. Découvrez comment vos données de commentaire sont traitées.

Retour à bouton en haut