Ajouter une détection de fuite de données
gVSIGQGIS

gvSIG: Gajes de cela et d'autres métiers

Copie de IMG_0818 La façon dont les outils gratuits ont mûri est intéressante, il y a quelques années, en parlant de SIG libre, cela ressemblait à UNIX, dans la voix de Geek et à un niveau de méfiance par peur de l'inconnu. Tout cela a beaucoup changé avec la diversité des solutions qui ont mûri non seulement dans la construction de routines communément attendues mais aussi des stratégies innovantes de massification, de test et d'adaptation à l'intelligence collective basée sur l'échange. L'OSGeo et les normes OGC sont le fruit de cette maturité.

Il arrive que maintenant avec une grande confiance nous pouvons recommander des solutions open source efficaces (QGis ou gvSIG pour donner deux exemples), il y a une diversité au choix, même si nous sommes également conscients que dans quelques années beaucoup seront abandonnés ou fusionnés sous l'ombre de les plus durables (exemple les cas de Qgis + Grass et gvSIG + Sextante). La question de savoir qui survivra doit être sérieusement considérée aujourd'hui, puisque la fidélité a ses limites, la durabilité des logiciels SIG sous modalité open source repose sur des piliers tels que: la technologie, les affaires et la communauté. 

Piliers directement

Durabilité technologique c'est en quelque sorte contrôlable, ou du moins il semble que son rythme fou de rendre un développement obsolète toutes les 5 minutes ne nous fasse plus peur. Mais nous avons appris à comprendre que c'est aussi une façon de nettoyer la scène et que les applications qui ont des problèmes de durabilité s'écartent, même si c'est douloureux pour les fidèles. Pour donner un exemple, Ilwis, qui malgré ses mérites, a du mal à sortir de Visual Basic 6.

Durabilité financière, ou ce que nous appelons les affaires, a étonnamment marché. Désormais, il existe de nombreux projets qui s'appuient sur le volontariat pur, à travers des fondations, des projets formellement constitués ou encore de simples boutons de «collaborer via Paypal». A ce niveau, le cas de gvSIG est admirable, qui dans le cadre d'un Grand projet De la migration vers le logiciel libre, a une viabilité financière assez bien planifiée.

Mais La durabilité de la communauté Il semble être l'axe le plus complexe à maîtriser, car il ne dépend pas seulement du «créateur» mais parce qu'il a une grande influence dans le domaine technologique (dans les deux sens) et peut rendre difficile la gestion de la question financière. Les experts financiers et technologiques sont formés par des universitaires et sont, sinon des sciences exactes, théoriquement définies. Le concept de «ce type de communauté» découle de la massification d'Internet et de la consolidation des tendances qui ont naturellement évolué à la suite de «la communauté»; pour que l'axe soit interdisciplinaire, entre communication, éducation, marketing, technologie et tout avec un habillage de psychologie sociale.

Mes respects à ceux qui sont derrière cette ligne, avec des projets comme gvSIG, dont l'attente d'internationalisation est extrêmement agressive. Je dois avouer que c'est l'un des projets pour lesquels j'ai ma plus sincère admiration (mis à part les dangers de ce métier), je considère qu'ils ont beaucoup accompli non seulement dans l'environnement hispanique (ce qui est compliqué en soi).

L'une des lignes de cet axe (et la seule que je vais aborder aujourd'hui) est la question de la «fidélité des utilisateurs» à travers l'échange réciproque d'informations. Mesurer cela doit être très compliqué, je vais donc me baser sur un exercice plus absurde que simple:

-Le Wikipedia est alimenté par la communauté. 
-L'utilisateur fidèle au logiciel, qui aime communiquer, en parle. 
- Dans l'environnement communautaire, tous les utilisateurs fidèles à ce logiciel, en contribuera à Wikipédia.

C'est absurde, je le sais, mais je veux le dire en exemple, car bien que Wikipedia soit fortement critiquée par les professeurs comme une source de fidélité, son contenu devient la première référence tous les jours et joue un rôle important dans la relation utilisateur-recherche-contenu.

J'ai ensuite utilisé le point de départ "systèmes d'information géographique", puis je suis allé à chaque page des programmes 11 et j'ai compté le nombre de mots là-bas, du sujet aux références de catégorie.

Dans les termes presque 5,000 qui s'ajoutent, le résultat est le suivant:

GvSIG + Sextant

1,022

21 %

SIG local

632

13 %

Géopoliste

631

13 %

Qgis + Grass

610

12 %

Sauter

485

10 %

Ilwis

468

10 %

Kosmo

285

6%

Capaware

276

6%

Outils génériques de cartographie

191

4%

MapGuide Open Source

172

3%

SAGA SIG

148

3%

Total

4,920

 

Observez que la somme de GvSIG + Sextante prend la
21%, il n'est pas surprenant, si nous nous rappelons que ce sont des projets qui ont consacré beaucoup à la documentation organisée de l'information sur leurs sites officiels, ont investi dans Systematisation du processus, Des manuels, des listes d'utilisateurs et de nombreux autres efforts d'internationalisation.

Nous pouvons également voir que QGis + Grass est laissé en arrière, sa diffusion la plus forte n'est pas précisément dans le milieu hispanique, bien que Grass soit peut-être le SIG Open Source le plus ancien qui est encore en vie.

Ce n'est que la question de la fidélité basée sur la réciprocité, et en regardant Wikipedia uniquement à titre d'exemple. Comme nous le voyons, et avec satisfaction, gvSIG + Sextante ont une influence importante dans l'environnement hispanique. Nous verrions peut-être un comportement similaire dans les réseaux sociaux, les blogs, les magazines informatiques et les forums de discussion, bien que, bien sûr, cela génère une plus grande responsabilité pour la communauté.

Mais le fait que «nos gajes» nous amènent à remettre en question des aspects liés à la communication n'essaie pas de suggérer que nous sommes des experts en matière de durabilité. Cela fait partie d'être une «communauté», ce sont les réactions communes de ceux qui espèrent avec une grande foi dans des projets de cette envergure (même si, je l'avoue, cela ne justifie pas le ton).

Il est peut-être nécessaire de prêter attention à la diffusion de l'information, qui est filtrée à travers les différents canaux qui promeuvent l'initiative (comme le cas de Geomática Libre Venezuela) ou aux communications non formelles dans les listes de distribution qui deviennent des vérités non officielles et qui créent attentes. Ceci et d'autres bagatelles sont résolus par des politiques de communication institutionnelles, dans lesquelles les «canaux communautaires» doivent être reconnus, à la fois pour et contre, pour assurer une partie de cette durabilité.

Il convient de revoir la façon dont la communauté réagit à la diffusion, car la communauté est un élément vivant, a un comportement similaire à celui des gens, réagit, pense, ressent, parle, écrit, se plaint, se réjouit et surtout a des attentes dans le projet. Un exemple de la façon dont une attente est créée:

-Quel est le mauvais de gvSIG 1.3, que nous avons déjà vu gvSIG 1.9
-Quel est le problème avec gvSIG 1.9: qu'est-ce qui est instable
- Ce qui est mauvais, c'est instable: nous ne savons pas quand ça sera
-Momento: il semble que ce sera bientôt.
"Quand allez-vous ..."

Il est nécessaire de revoir la problématique communautaire, dans un projet de cette envergure, à portée internationale et multiculturelle. Une communication constante officiellement ne fait jamais de mal, si elle contribue à la durabilité de la communauté.

Finalement, le post original qui m'a poussé à toucher le sujet, je devais l'éliminer, après que les patchs étaient presque impossibles et que le nouveau fil était incompatible avec le tissu usé. 

Golgi Álvarez

Écrivain, chercheur, spécialiste des modèles de gestion des terres. Il a participé à la conceptualisation et à la mise en œuvre de modèles tels que : Système national d'administration de la propriété SINAP au Honduras, Modèle de gestion des municipalités conjointes au Honduras, Modèle intégré de gestion du cadastre - Registre au Nicaragua, Système d'administration du territoire SAT en Colombie . Éditeur du blog de connaissances Geofumadas depuis 2007 et créateur de l'AulaGEO Academy qui comprend plus de 100 cours sur les sujets SIG - CAD - BIM - Digital Twins.

Articles Relatifs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les spams. Découvrez comment vos données de commentaire sont traitées.

Retour à bouton en haut