Ajouter une détection de fuite de données
ArcGIS-EsrigVSIG

Du meilleur de 4tas. GvSIG ...

jours gvSIG

Beaucoup s'accordent à dire que parmi les meilleurs obtenus ces derniers jours figurait le magazine faisant allusion à l'événement, ce qui représente un excellent travail non seulement en termes de contenu, mais aussi en termes de goût graphique. Pour ceux qui l'ont reçu en format imprimé, il représente sûrement un objet de collection inestimable comme ces bandes dessinées Obelix que nous gardons dans une vieille mais belle malle et qui nous rappellent un beau cadeau de notre père.

En examinant son contenu, qui a d'ailleurs été publié sous Creative Commons, nous pouvons voir divers sujets très bien traités concernant le développement de gvSIG, ainsi que des entretiens avec des personnes impliquées dans sa promotion et sa mise en œuvre dans les universités et les agences gouvernementales. Voici un résumé des meilleurs:

À partir du quatrième jour

Vous avez été appelé quatre ans de progrès, quatre années d'illusion; et de ne pas confondre ce qu'on pourrait penser jours gvSIGillusion de mots, des thèmes sont développés qui expliquent l'histoire qui s'est passée, ce qui est fait et où le projet se dirige. Cette étape du document est structurée autour des thèmes suivants:

  • Gestion de la collaboration
  • Surveillance d'usine
  • "Architecture" gvSIG
  • Internationalisation
  • Test collaboratif
  • documentation
  • Visite 2008

D'entretiens

Ceux-ci ont été effectués avec beaucoup de soin, donc je vois qu'ils sont prévus pour vous donner la visibilité que le projet mérite et à laquelle l'année dernière est notoire ont mis beaucoup d'efforts, cela vaut la peine de reconnaître le travail de son stratège de communication.

Ici, je résume quelques-unes des entrevues pour mordre l'intérêt.

jours gvSIG Juan Ernesto Ricket

Spécialiste en IDES, il est actuellement chef de la technologie de l'Institut géographique militaire d'Argentine et coordonnateur du projet PROSIGA. Dans l'interview avec Voir le profil complet du Venezuela parlent de l'importance que prend l'utilisation du logiciel libre dans les institutions étatiques, principalement des municipalités de niveau économique limité. On comprend pourquoi la Conférence de septembre 2009 aura lieu en Argentine.

jours gvSIGTrès intéressant, l'interview dans laquelle, dans un texte remarqué, nous rappelle que seules les factures de Microsoft 800 millions de dollars par an en Amérique latine, de sorte que le logiciel libre n'est pas seulement une alternative importante dans l'économie des gouvernements, mais dans la lutte contre le piratage que nous avons dit depuis des jours, nous sommes comme les Africains.

Alessandro Sgambati

jours gvSIG À côté de Chris Puttick Ils parlent de l'approche européenne concernant l'application du logiciel libre dans les espaces étatiques, ainsi que la diffusion que les acteurs doivent jouer. Il vaut la peine de dire qu'Alessandro a joué un rôle important (sinon tout) dans la traduction italienne des manuels gvSIG.

Antoni Pérez

jours gvSIG Antoni de la UOC explique comment le logiciel libre devrait concurrencer d'autres publicités telles qu'INTERGRAPH et ESRI qui ont des programmes de collaboration avec différentes universités. Il se concentre également sur la question éthique, politique et économique qui prévaut dans les centres éducatifs pour la promotion de solutions collaboratives telles que le logiciel libre et où jours gvSIGLes étudiants universitaires ont un potentiel intéressant.

L'entretien est vaste et à côté de Lluís Vicents l'équipe de maîtres d'UNIGIS fume de bonnes réflexions et des contributions du point de vue de l'université.

 

Extra

Presque à la fin d'une entrevue avec Juan Antonio Bermejo cela explique pourquoi ils sont venus à la sélection de gvSIG comme un outil de travail dans les projets liés à l'information géographique du conseil insulaire de La Palma, ils sont également consultés avec quelques suggestions qui bénéficieraient des jours prochains.

_____________________

Pourquoi, le magazine est très bon. À la fin, ils parlent des tendances observables sur le web concernant gvSIG, parmi lesquelles l'application Google appelée «Insights» qui montre la croissance qu'a connue le terme gvSIG et les pays d'origine en fonction des mots-clés.

Ensuite également avec Google Trends, ils montrent comment la croissance s'est comportée par rapport aux termes de la concurrence tels que Geomedia, ArcView, Mapinfo et vous seriez surpris de voir ce que reflètent les graphiques. Pour l'instant je laisse le brochet, regarde la page gvSIG parce que je ne pense pas qu'ils prennent trop de temps pour avoir la version pdf pour télécharger s'ils l'ont pris en tant que créative commune.

Golgi Álvarez

Écrivain, chercheur, spécialiste des modèles de gestion des terres. Il a participé à la conceptualisation et à la mise en œuvre de modèles tels que : Système national d'administration de la propriété SINAP au Honduras, Modèle de gestion des municipalités conjointes au Honduras, Modèle intégré de gestion du cadastre - Registre au Nicaragua, Système d'administration du territoire SAT en Colombie . Éditeur du blog de connaissances Geofumadas depuis 2007 et créateur de l'AulaGEO Academy qui comprend plus de 100 cours sur les sujets SIG - CAD - BIM - Digital Twins.

Articles Relatifs

8 Commentaires

  1. La question des données géographiques de base est un problème majeur en Argentine. Dire que tout est payé d'une certaine manière peut signifier traiter le sujet de manière très simpliste.
    Malheureusement en Argentine, la production de données est sous-financée. Si on regarde les métadonnées des données 1: 250.000, les données du portail PROSIGA de l'IGM, plusieurs de ces données remontent aux années 30, 40, 50. Même le 250.000 qui a été numérisé avec beaucoup d'effort pendant 96-98 n'a ​​pas de corrélation actuelle. Il n'y a pas d'autre disponible depuis ce moment en raison du manque de financement. Je sais que beaucoup de gens ont mis de l'effort, du temps et de l'argent PERSONNEL pour maintenir ces données qui, pendant des décennies, n'ont pas été maintenues. D'autre part, l'IDE suppose une qualité et une responsabilité, ce qui signifie que l'organisme qui met à disposition les données doit le faire avec les contrôles de qualité appropriés, générer une documentation appropriée, définir des paramètres d'utilisabilité, etc., etc., et même si je ne le sais pas croire, tout ce qui laisse beaucoup d'argent, l'argent que l'État n'investit pas pour garder cette information, ni parler de générer des données qui manquent beaucoup.

  2. @gerardo

    Oui, je suis avec vous sur cette question qui est plus ancienne que les IDE, ce qui se passe est que (au moins dans les cas que je connais) plusieurs fois l'administration ne guide pas les instituts cartographiques en tant que centres de recherche et de production cartographique pour la société mais comme de simples "magasins" où chaque petite personne doit aller acheter.

    Je me souviens encore de l'absurdité du paiement (je ne me souviens pas trop) d'une photocopie d'un examen d'un sommet géodésique dans une délégation de l'IGN, alors qu'il y a déjà beaucoup d'années, ils auraient pu être publiés sur le Web.

    Enfin, si vous êtes intéressé par la question des géodonnées gratuites, vous pouvez passer par la liste des OSGeo-es [1], un groupe de personnes regroupant des ensembles de données librement accessibles et généralement travaillant dans cette zone [2].

    salutations
    [1] http://wiki.osgeo.org/wiki/Cap%c3%adtulo_Local_de_la_comunidad_hispano-hablante
    [2] http://wiki.osgeo.org/wiki/Geodatos_en_OSGeo-es

  3. Lors de la conférence, le sujet aurait sûrement dû être abordé dans certaines des présentations. Dans le magazine, pas directement, seul Chris Puttick parle brièvement de quelque chose qui le raconte, interrogé sur le rôle du logiciel libre dans l'administration publique (page 20)

  4. Bonjour, une chose: quelqu'un a parlé de l'application GvSIG pour le géomarketing? est de publier quelque chose se référant à mon blog lorsque l'édition pdf de la conférence est.

    merci

  5. Jorge, ces travaux sont déjà payés par l'État à travers le budget alloué à l'Institut. Quand je dis l'État, c'est la même chose que de dire le peuple argentin. Nous payons tous ces développements, donc, à notre seule demande, nous devrions pouvoir en disposer librement, car ils sont déjà payés. Ou peut-être que lorsque vous achetez quelque chose que vous ne voulez pas emporter chez vous ? Eh bien, nous les "achetons" mais ils ne nous les donnent pas.
    Que cela se passe ailleurs… eh bien, sans vouloir offenser, souvenez-vous du dicton « Mal pour beaucoup, consolation pour les imbéciles ! Nous nous plaignons des impôts mais nous n'exigeons pas qu'ils nous donnent ce que nous payons avec eux.

    salutations

  6. Gerardo,

    Juan Ernesto parle de logiciels, je ne sais pas ce que cela a à voir avec la diffusion de données gratuites.

    Ce problème dont vous parlez est général dans presque tous les pays du monde, à l'exception des États-Unis et du Canada, et d'autres cas honorables.

    En Espagne au moins, nous avons déjà atteint le transfert de données à des fins non commerciales par certains producteurs de cartographie (IGN, Catalogne, Murcie, ...) mais il reste encore un long chemin à parcourir pour obtenir de véritables données gratuites. Heureusement, au moins, nous avons déjà le logiciel. 🙂

  7. Bonne note. Il est dommage de voir que Juan Ernesto Ricket, de l'Institut géographique militaire argentin, parle de "l'importance que prend l'utilisation du logiciel libre dans les institutions de l'État, principalement les municipalités au niveau économique limité", alors qu'en réalité, il est IMPOSSIBLE de télécharger les données SIG par voie électronique pour une utilisation gratuite de l'Institut.
    C'est-à-dire que ces personnes, qui sont des employés de l'État, qui utilisent des ressources de l'Etat argentin pour mener à bien leur travail, et qui semblent économiser ces ressources en utilisant un logiciel gratuit, renvoient au public pour télécharger librement ces données. Je comprends qu'une carte imprimée a un coût. Mais la production de données numériques est déjà payée, avec seulement le budget alloué par l'Etat argentin à l'Institut.
    Prenons l'exemple du Canada, qui n'exige même pas que quelqu'un soit canadien pour obtenir des données nationales….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les spams. Découvrez comment vos données de commentaire sont traitées.

Retour à bouton en haut