Ajouter
Politique et Démocratie

6 jours qui ont changé nos vies

Les derniers jours ont été si différents les uns des autres. Chacun a eu une saveur différente, dommage que le goût soit si polarisé, tandis que le sucré devient aigre pour certains, dans d'autres, c'est l'inverse. Pour tout le monde, la saveur de fond est de fiel, comme Je ne suis pas un idéologue Ce n'est pas non plus mon sujet, je dis les six jours en laissant le poste dans la mauvaise catégorie pour ne pas avoir de politique. 

tegus2 Jour 1. Jeudi nous étions une république libre et souveraine, disent-ils indépendante, inconnue de beaucoup de gens peu de douche sur la cartographie, comme quand ils nous disent où est le Togo et que nous avons un mauvais souvenir de la sixième. À midi, je suis rentré chez moi, car il était risqué de marcher dans la rue, il semblait absurde de penser que cela pouvait arriver dans une ville aussi routinière, si la coutume peut être appelée ainsi en raison de la vulnérabilité imminente de la saison des pluies.

Jour 2. Vendredi, nous sommes devenus désagréables avant que l'Organisation des États américains, où se réunissait le Conseil permanent, ne soit surprise par les menaces que l'ambassadeur a déclarées devant cette organisation, à l'unanimité, ils ont reconnu que les choses semblaient aller très mal. Je me suis ennuyé à la maison, sans rien à faire, avec les enfants à l'école et ne voulant pas écrire ... c'est difficile de profiter de vacances obligatoires, quand il n'y a pas beaucoup de projets et beaucoup à faire au bureau, je suis allé courir et j'ai écrit un souci du sujet.

Jour 3. Samedi, je suis passé devant la maison présidentielle pour manger un beignet, et j'ai pu voir tout le mouvement avec lequel les maires de l'intérieur m'avaient surpris, tout cela semblait tellement excitant, même si la peur de ce qui pourrait arriver le lendemain était intrigante. J'ai rendu visite à mon ami Buendía et au cours de quelques verres, il m'a raconté des oracles dans le style du capitaine Haddock dans "Les trois licornes". C'était bien de jeter un œil au film de Will Smith "Seven Pounds" et de rêver qu'il y avait de bonnes personnes dans ce monde, pendant un moment j'ai pensé que si tout le monde dans ce pays faisait ça une fois.

Jour 4.  Dimanche, une grande partie du monde savait ce qui se transmettait à l'étranger, qu'il y a encore des gens qui vivent dans la barbarie, et Hugo Chávez a assuré qu'il envahirait cette nation à tout prix. Nous n'avions ni Internet, ni électricité, ni téléphonie publique. Il n'était pas possible de quitter la maison, sauf pour remplir le réservoir de carburant en une longue file et acheter des conserves au supermarché, au cas où. Il a plu comme à Macondo, un pont a succombé dans le nord et à partir de ce jour nous avons eu un couvre-feu à partir de 9 heures du soir.

_MG_5505 Jour 5.  Lundi, nous vivons dans un après-midi de l'agitation, les gens dans les rues avec des bâtons, des pierres, je ne pouvais même pas aller au magasin où je voulais acheter un lit orthopédique, puis que, pour la première fois lundi depuis longtemps, je ne suis pas allé travailler, juste parce que pas a dû aller. Le système d'intégration centraméricain SICA a déclaré qu'il fallait fermer nos frontières au commerce, et mon endroit préféré pour manger un beignet était inaccessible, je l'ai trouvé sur Facebook avec un signal similaire à ceux que je voyais dans mon école en deuxième année, n'est pas la mémoire mais celui de mes huit ans oui: "28 Popular Leagues of February".

14526 Jour 6.  Mardi, une foule nombreuse s'est rassemblée dans le parc, et alors qu'ils déclaraient de leur cœur les meilleures de leurs intentions, l'Organisation des Nations Unies ONU a déclaré qu'elle ferait tout son possible pour intervenir dans ce pays, parmi lesquels les États-Unis qui se sont manifestés «co- sponsor de l’action ». J'ai été ravi de voir la passion de toute cette foule, même si mon ami des petits poissons d'or a fait une de ses philosophies après le troisième rhum: "Je me demande si nous avons libéré douze membres de gangs tatoués sur le front, combien de ces personnes resteront dans les parages" Cela m'a amusé mais cela m'a fait me demander si nos dirigeants ont le temps de convaincre le monde entier en moins de 72 heures.

Que puis-je dire, de la tranquillité presque ennuyeuse, je me suis rendu compte que la paix innocente d'un pays qui n'a pas connu de guerre civile conventionnelle est précieuse, nous sommes à la puberté tardive, dit mon amie Buendía que «ce n'est pas à cause de la paix mais à cause de maj3s ». Maintenant, le monde entier condamne ce qui s'est passé ici, même s'il faut être dans la capitale pour avoir l'un des deux postes existants et travailler avec 35 municipalités rurales à la fois pour savoir ce qu'elles pensent à l'intérieur des terres. En résumé, les deux positions principales sont simplifiées en coordonnées géographiques arrondies à la minute: la première qu'il y a eu un coup d'État, l'autre une succession constitutionnelle. Quoi qu'il en soit, ils provoquent tous les deux ce sentiment le lendemain de la perte littérale de la virginité.

C'est à quel point cette vie est passionnante, messieurs, en six jours, la vie de plus de 7 millions de personnes a changé qui traversent sûrement de tels sentiments, plus la somme des intrigues de leurs parents et amis à l'étranger à qui il a été difficile pour moi d'expliquer ce que Que se passe-t-il ici. Je sais seulement que cela va réussir et que le pays tout entier devra subir une transformation qui aboutira à une meilleure condition de vie et de maturité; Nous espérons simplement que ce n'est pas douloureux et que cela se produira une fois pour toutes.

Ce qui se passera 7 jour, sera aussi excitant que 8 et le reste de l'année jusqu'aux élections 28 de novembre, mon point de vue est neutre pour écrire pour un public plus international que local et avant qui je ne veux pas montrer mon opinion personnelle parce que Pendant que j'ai discuté du sujet avec mon ami de Macondo, je me rends compte qu'il a autant de pédales que le piano à queue dans mon adolescence; Ce n'est pas seulement politique, mais économique, c'est légal, maintenant géopolitique, nous sommes tous d'accord pour dire que c'est social et ce qui m'inquiète le plus, c'est idéologique. Ce serait tragique si tout ce chaos naturel ne produisait pas de transformations significatives, car alors nous pourrions le subir pendant 20 ans comme cela s'est produit avec nos voisins les plus proches à un coût plus élevé que l'Internet ou le câble deux fois par jour.

Salutations aux Honduriens, comme vous pouvez le voir, non seulement lorsque l'équipe nationale bat le Mexique (ce qui n'est pas souvent le cas) peut faire preuve de patriotisme. Si vous pouvez le démontrer avec passion maintenant, faites-le, à condition de ne pas nuire à l'intégrité des autres. Au reste du monde, merci pour vos prières.

Golgi Álvarez

Écrivain, chercheur, spécialiste des modèles de gestion des terres. Il a participé à la conceptualisation et à la mise en œuvre de modèles tels que : Système national d'administration de la propriété SINAP au Honduras, Modèle de gestion des municipalités conjointes au Honduras, Modèle intégré de gestion du cadastre - Registre au Nicaragua, Système d'administration du territoire SAT en Colombie . Éditeur du blog de connaissances Geofumadas depuis 2007 et créateur de l'AulaGEO Academy qui comprend plus de 100 cours sur les sujets SIG - CAD - BIM - Digital Twins.

Articles Relatifs

6 Commentaires

  1. SITREP

    MISE À JOUR SUR LA CRISE À HONDURAS - 1 JULY 2009

    ÉVOLUTION INTERNE

    La journée était relativement calme à Tegucigalpa et dans le reste du pays. Des manifestations continuent de se dérouler dans de nombreuses régions du pays, en faveur et contre l'expulsion du président Zelaya. Les rassemblements les plus importants se sont produits aujourd'hui dans la ville du nord de Ceiba et dans la ville méridionale de Choluteca, tous deux à l'appui du gouvernement de Micheletti. Aucun incident significatif n'a été signalé.

    Une manifestation pacifique de personnes 250 a eu lieu ce soir devant la Maison de l'ONU pour protester contre le positionnement de l'Organisation sur les événements récents, exigeant que l'organisation entende leur voix et appuie la démocratie au Honduras.

    M. Micheletti a nommé aujourd'hui les ministres, ce qui porte son cabinet à 90% d'achèvement. Certains d'entre eux sont membres du gouvernement du président Zelaya.

    La Cour suprême de justice a publié un communiqué spécial (en annexe) pour la communauté nationale et internationale, signé par tous les juges, dans lequel il explique la base juridique des mesures prises par les institutions judiciaires ces derniers jours, y compris l'arrestation et l'expulsion du président Zelaya. Le paragraphe 8 du communiqué stipule en particulier que le mandat d'arrêt délivré par la Cour contre le président Zelaya est resté secret jusqu'à présent.

    Les forces armées ont également publié une note de presse (en annexe) dans laquelle ils ont justifié leurs actions constitutionnelles.

    Le commissaire national aux droits de l'homme, qui soutient le nouveau gouvernement, a proposé de tenir un référendum pour demander au peuple hondurien s'il accepte ou non la réintégration du président Zelaya. Une telle solution semble cependant inviolable à la fois en termes juridiques et pratiques.

    Les déclarations publiques de certains fonctionnaires, en particulier le ministre des Affaires étrangères désigné, augmentent de tonne contre l'OEA, l'ONU et l'ingérence étrangère en général, et avec une accentuation beaucoup plus forte contre le président Chavez du Venezuela.

    Les médias publics (radio, télévision, journaux) soutiennent généralement le nouveau gouvernement et l'organisation des entrepreneurs (COHEP) a également publié un énoncé de soutien à ce sujet. Certains médias (chaînes de télévision et stations de radio) qui étaient pro-Zelaya, cependant, restent fermés ou avec des transmissions limitées.

    Les appareils explosifs ont été lancés hier à partir d'un véhicule privé contre les bâtiments de la Cour suprême et le procureur général, sans aucune victime.

    RÉACTIONS INTERNATIONALES

    L'Assemblée générale de l'OEA a approuvé une résolution ce matin pour condamner le coup d'Etat en réaffirmant que Manuel Zelaya est le Président constitutionnel du Honduras et chargé le Secrétaire Général d'entreprendre des initiatives diplomatiques visant à restaurer la démocratie et la règle de droit et la réintégration du Président Zelaya, menaçant de suspendre l'adhésion du Honduras si ces initiatives ne réussissent pas. Le représentant de l'OEA nous a informé que le SG va bientôt visiter le Honduras, accompagné de représentants d'autres pays (pas des présidents).

    Sur la base de ce qui précède, le président Zelaya (maintenant à Panama) a annoncé sa décision de reporter son retour au Honduras jusqu'au samedi prochain.

    Le groupe de coordination des donateurs au Honduras (G-16) s'est réuni aujourd'hui aux Nations Unies pour examiner la situation. L'Espagne, l'Italie et la France ont informé que leurs ambassadeurs avaient été rappelés pour des consultations. L'Allemagne a informé que le départ de son ambassadeur n'était dû qu'à la fin de la mission. La BID et la BCIE ont suspendu les décaissements; La Banque mondiale est dans une situation similaire bien que, pour des raisons légales, elle ne puisse pas utiliser le mot «suspension». D'autres programmes de coopération n'ont pas été formellement interrompus, mais tout le monde a reçu des instructions pour éviter les contacts avec le nouveau gouvernement.

    Les ambassadeurs honduriens aux États-Unis et à l'UE semblent avoir «changé de cote» car ils ont refusé aujourd'hui que le coup d'Etat avait eu lieu au Honduras. Le président Zelaya a annoncé leur dénuement. Pendant ce temps, le ministre des Affaires étrangères de M. Micheletti a rappelé les ambassadeurs à l'ONU et à l'OEA. Les deux organisations ont cependant clairement déclaré qu'elles ne reconnaîtraient pas d'autres représentants.

    QUESTIONS RELATIVES AUX DROITS DE L'HOMME

    Le Congrès a approuvé le décret signé hier par M. Micheletti par lequel, conformément à l'art. 187 de la Constitution, le couvre-feu (maintenant 10pm à 5am) est prolongé pour 3 plus de jours. Plusieurs droits sont limités pendant les heures de couvre-feu, y compris les droits à la liberté personnelle, à la libre circulation, à l'association et à la réunion, à l'interdiction de l'arrestation arbitraire. Cela a suscité de sérieuses inquiétudes auprès des organisations sociales et des droits de l'homme, car ils craignent que cela fasse la répression de l'armée et de la police contre les partisans de M. Zelaya.

    Les rapports non confirmés continuent de faire circuler les abus allégués par la police et les forces armées, en particulier dans les zones rurales, y compris les arrestations arbitraires, le recrutement forcé de jeunes, la fermeture des chaînes de radio locales. Le Coordonnateur résident des Nations Unies est en contact constant avec le bureau régional du Haut Commissaire aux droits de l'homme pour informer la situation.

    MESURES DE SÉCURITÉ DES NATIONS UNIES

    Les bureaux de l'ONU ont été libérés cet après-midi comme mesure de précaution, en raison de la manifestation susmentionnée.

    La phase II continue d'être en vigueur dans tout le pays. L'ONU continue de travailler uniquement avec le personnel essentiel.

  2. OP-ED CONTRIBUTEUR
    Le gagnant au Honduras: Chávez
    Par ÁLVARO VARGAS LLOSA

    Publié: Juin 30, 2009

    Dans les semaines précédant le coup d'Etat du Honduras, le président Manuel Zelaya,
    un allié de Hugo Chavez du Venezuela, savait ce qu'il faisait. Dans
    pousser les limites de la démocratie en essayant de forcer la constitutionnalité
    un changement qui permettrait sa réélection, j'ai mis un piège pour
    militaire L'armée est tombée pour elle, se transformant en un président impopulaire qui
    approchait de la fin de son terme en une cause célèbre internationale.

    Bien que le coup ait un soutien populaire au Honduras, il a également permis
    M. Chávez, qui dirige la réponse internationale, revendique le
    terrain moral élevé. Les putschistes, qui essayaient de prévenir M.
    Chávez d'amener le Honduras dans son camp peut finir par lui donner
    plus de force dans la région.

    M. Chávez est rapidement venu à l'appui de M. Zelaya. J'ai menacé
    Honduras avec action militaire et est allé au Nicaragua, où une réunion
    de l'Alternative bolivarienne pour les Amériques, dirigée par Caracas
    alliance née comme une alternative à la zone de libre-échange américaine
    les Amériques, a été l'occasion idéale de prendre en charge le latin
    Effort américain pro-Zelaya.

    L'Organisation des États américains a ensuite condamné le coup d'Etat (autrement
    Les gouvernements latino-américains ont fait de même) et son secrétaire général
    s'est dirigé vers le Nicaragua, où une réunion régionale régionale a été organisée. M.
    M. Zelaya à cette réunion, même
    l'accueillant à l'aéroport de Managua, capitale du Nicaragua.

    Dans les médias d'information en espagnol, l'image récurrente de la
    Les deux derniers jours ont été ceux de M. Chávez et ses alliés travaillant
    furieusement pour la démocratie hondurienne. Les États-Unis sont plus mesurés
    la réponse et la position faible de certains acteurs sud-américains
    gouvernements, ont été perdus au milieu de la campagne à haut risque lancée par
    Le leader du Venezuela.
    Ce n'est pas ce que l'établissement du Honduras, horrifié par M. Chávez
    influence croissante, destinée à se débarrasser de M. Zelaya. Il est
    un tournant surréaliste des événements pour ceux qui ont suivi la carrière
    du président déchu. Un membre de l'oligarchie débarquée au Honduras, M.
    Zelaya est venu au pouvoir à 2006 en tant que chef du Parti libéral, à
    organisation de centre-droit. Il était un produit de l'établissement: un
    héritier de la fortune familiale, il a consacré des décennies à son agriculture
    et les entreprises forestières, ont soutenu le commerce libre d'Amérique centrale
    Accord avec les États-Unis, et a couru pour la présidence sur un
    une plate-forme conservatrice, promettant d'être sévère pour la criminalité et de réduire la
    budget.

    Autour de la moitié de son mandat, cependant, M. Zelaya avait une apparence
    épiphanie idéologique et devenait admirateur de M. Chávez. J'ai signé un
    s'occuper d'une généreuse subvention du pétrole du Venezuela; l'année dernière, il
    a incorporé le Honduras dans l'Alternative bolivarienne pour
    Amériques. Bientôt, le pouvoir est allé à sa tête.

    Les élections générales prévues pour novembre ont commencé à se redresser, monsieur
    Zelaya a décidé de tenir un référendum dans le but ultime de permettre
    il doit demander la réélection. Le déménagement violait les articles du
    Constitution qui interdit les changements à la limite présidentielle d'un
    un mandat de quatre ans et établir la procédure légale pour la constitutionnalité
    amendements. Le tribunal électoral, la Cour suprême, l'avocat
    Général, le Congrès et les membres de son propre parti ont déclaré M. Zelaya
    intention illégale. Puis, dimanche, les militaires sont intervenus.

    La solution idéale serait que M. Zelaya revienne au pouvoir et
    quitter le bureau l'année prochaine, lorsque son successeur prend le relais. Cependant, c'est
    douteux que les putschistes se replient. Il est également peu probable
    que s'il était triomphalement réintégré, M. Zelaya renoncerait à sa
    programme de réélection. Tout cela garantit presque une période de
    une règle illégitime au Honduras - et de l'exploitation incessante des
    situation de M. Chávez, le champion improbable de Jeffersonian
    la démocratie en Amérique latine. Alvaro Vargas Llosa est un étudiant principal de
    l'Institut indépendant et le rédacteur en chef des «Leçons des pauvres».

  3. Mec, j'écris du Mexique.

    Je suis venu sur votre blog à la recherche d'informations sur BitCad (je ne trouve pas la fonction "TROUVER" que j'avais dans Autocad) jusqu'à ce que j'aie revu votre dernier message, j'ai découvert plusieurs choses :
    1.- Vous êtes au Honduras.
    2.- Vous êtes un expert en CAD (ou du moins vous ressemblez-vous à moi)
    3.- Vous détestez les politiciens.
    4.- Votre pays passe ceux de Caïn.
    5.- Vous vous consacrez au travail, pas à faire de la politique ou du "grid" (comme on dit au Mexique)

    Et d'autres choses, mais comme je dois déjà me rendre au travail ... je vais vous dire:

    Merci de partager vos connaissances, vous aidez beaucoup d'entre nous… Je ne comprends pas très bien ce qui se passe au Honduras, en plus, je ne sais pas grand-chose sur le Honduras (je ne pense rien… excusez-moi…). Mais je sais que si les Honduriens veulent tel ou tel dirigeant ou forme de gouvernement, ni l'ONU, ni les États-Unis, ni personne ne doivent les forcer. En fin. Cela ressemble à de la pure démagogie. Pure rhétorique de gauche. Nous savons tous que si un président (surtout latino-américain) ne convient pas aux États-Unis, il sera envahi par des "casques bleus", des "marines" ou quelque chose comme ça.

    Bonne chance et je ne sais pas comment nous pouvons vous soutenir, mais vous le feriez.

    Salutations et merci beaucoup.

  4. C'est pourquoi dans un autre post je vous ai raconté ce qui s'est passé en Argentine en 2001. En gros c'était la même chose qu'au Honduras ; le peuple ne voulait pas que le président termine son mandat. Mais ils (tous les politiciens) ont pris soin de suivre les étapes "constitutionnelles" de l'affaire, c'est-à-dire que les chambres législatives se sont réunies, le président était convaincu que démissionner était la meilleure chose qu'il pouvait faire. Surtout après avoir envoyé la police pour réprimer une manifestation au cours de laquelle il y a eu des morts. Pour ces actes, il est encore jugé aujourd'hui... Le fait est qu'en théorie, le pouvoir du peuple a été transféré, selon les mécanismes constitutionnels établis, à une autre personne non directement élue par le peuple. Pas de militaires dans la rue. Puis il y a eu les élections et tous les amis...
    Il est plus que clair qu'après les terribles dictatures qui ont dévasté l'Amérique latine, il n'y a plus de possibilité ni d'espace pour que la violence militaire soit utilisée. L'utilisation de l'armée est quelque chose de tellement inacceptable aujourd'hui que même les États-Unis eux-mêmes - qui ont promu et soutenu toutes les dictatures qui existaient en Amérique latine dans le passé - ont une loi qui stipule clairement qu'ils ne soutiendront aucun gouvernement issu d'une coup d'état militaire. . L'OEA fait la même chose, c'est pourquoi ils insistent pour que Zelaya revienne et répare tout à huis clos. Même la Communauté économique européenne "est dans une impasse" car, selon ses propres lois, elle ne peut reconnaître personne après ce qui s'est passé au Honduras. Comme le reste des pays d'Amérique latine qui se sont exprimés en ces termes, comme l'Argentine, le Brésil, l'Uruguay, le Chili, le Pérou, l'Équateur, le Venezuela, la Bolivie, etc. etc. (Oui, pas seulement le Venezuela et les amis de Chavez, comme le dit CNN, c'est toute l'Amérique latine). Le fait d'avoir expulsé le président de son domicile par la force militaire puis du pays a invalidé toute authenticité de toute revendication. C'était une énorme erreur et ils doivent le reconnaître et changer les décisions qu'ils ont prises car la communauté internationale ne peut rien faire d'autre que maintenir la position connue. Vous n'avez pas à être une victime. "Le Monde" n'est pas contre le Honduras. Ce serait sous-estimer la capacité de compréhension et d'organisation du reste des pays et entités. Et pour ma part, je ne sous-estime pas non plus le peuple hondurien, comme le fait CNN, prétendant faire croire au monde que tout cela est l'idée de Chavez, la méthodologie de Chavez, les objectifs de Chavez, etc. etc. comme si le peuple du Honduras n'avait pas d'idées, de sentiments, de désirs, de besoins et d'objectifs propres.
    Si l'affirmation selon laquelle Zelaya termine son mandat – quelques mois plus tôt – est populaire et réelle, il ne sera pas si difficile de trouver une solution. La solution est peut-être : rendre le pouvoir et négocier un autre mécanisme de consultation pour la réforme constitutionnelle. En tout cas, une réforme profiterait aussi aux candidats de droite. Peut-être devraient-ils accepter des modifications dans la Constitution mais en ajoutant d'autres modifications. Par exemple, dans le sens d'incorporer des mécanismes constitutionnels pour pouvoir forcer quelqu'un qui commet des crimes ou des abus de pouvoir à terminer le mandat présidentiel - déterminant ce qui serait un « abus de pouvoir ». Tout peut être légiféré. Si le Honduras ne veut pas avoir de « Chavez », alors il n'en aura pas. Il suffit d'être plus créatif...
    Et maintenant je vous dis en « Argentine » : arrêtez de vous foutre de la politique et faites un post sur les nouvelles données d'élévation ASTER qui couvrent le monde entier avec – au moins – 30 mètres de résolution !!!
    Un calin à tout le Honduras ...

  5. Merci, mon ami Gerardo, je ne prétends pas me plaindre des organisations internationales.

    Plus ma plainte est que tout ce désordre est à cause des politiciens, certains à faire, la plupart ne le font pas. Maintenant, nous sommes tous condamnés par le monde entier pour des intérêts qui dépassent le mot de démocratie.

    Je me demande ce que l'ONU va faire dans une situation aussi polarisée et je suis conscient que les positions des deux extrêmes "mentent un peu" et ont raison sur beaucoup, en l'honneur de la tolérance. Au fond, nous sommes tous d'accord sur les objectifs, mais les procédures des deux ont de nombreuses questions sans réponse.

  6. Je suis de retour Don Alvarez ...

    Je voulais ajouter à mes commentaires précédents sur la situation actuelle au Honduras que chaque peuple a le droit de choisir et de forger le destin qu'ils veulent. Je suis tellement convaincu de cela que, par exemple, je suis dérangé par les excuses américaines utilisées pour justifier l'invasion de pays comme l'Irak, afin de faire des affaires.
    Le fait est que ce qui s'est passé au Honduras mérite une analyse plus approfondie et plus complète. Vous vous demandez peut-être ce qui m'importe ce qui se passe dans votre pays. Mais la question ne va pas là. Pendant la dernière dictature en Argentine, je me demandais désespérément et avec indignation pourquoi aucun pays n'ignorait le gouvernement de facto et ne l'isolait pour lui enlever le pouvoir. Et puis je pense à la majorité de vos compatriotes qui ont évidemment voté pour Zelaya. Que penseront-ils ? Et je pense aux esprits arriérés de nombreuses minorités économiquement puissantes en Amérique latine et à la façon dont ils doivent baver en rêvant de pouvoir faire quelque chose de similaire dans leur pays. Vous vous plaignez des Organismes. Je vous demande: Si vous forcez le juge de la nation et découvrez un crime. Même si personne ne l'a signalé. Vous vous renseignez sur lui. Que fais tu? Eh bien, vous devez agir "d'office". Parce que vous êtes juge. Vous avez l'obligation de prendre parti. Vous ne pouvez pas regarder ailleurs. Ce qui s'est passé au Honduras oblige les agences à émettre. Ils n'ont pas d'alternative. Et devinez quelle position ils DEVRAIENT adopter ?
    Chacun croit ce qu'il veut croire, n'est-ce pas ? Je vous invite à prendre votre camion et à aller voir le pont au nord de la ville. Prenez des photos de votre pause. Je suis sûr qu'avec votre œil professionnel du cadastre, vous pourrez voir s'il a été brisé par l'inondation (dont il doit y avoir de nombreuses marques) ou s'il a été soufflé à l'explosif par l'armée. Ne pensez pas que les "étrangers" n'ont aucune idée de ce qui se passe. Peut-être qu'un jeune lecteur espagnol n'a peut-être pas « une idée » de ce qui se passe dans votre pays. Mais les peuples d'Amérique latine qui connaissent les mécanismes de certaines minorités pour conserver le pouvoir, nous savons ce qui se passe. C'est une question de conscience Alvarez. Vous l'avez vous-même reconnu dans le premier message. Vous ne pouvez pas continuer à vivre avec une dette sociale. Celui qui cache la vérité sait qu'il a tort.
    Merci d'avoir publié tous mes commentaires. Après tout, c'est votre blog ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les spams. Découvrez comment vos données de commentaire sont traitées.

Retour à bouton en haut